Vie de l’IEP: Sciences Panpan, quinoa et entrailles de cervidés 

Dans un IEP qui se déchaine qui se déchaine sur le sort de jean Lassalle (alors que dans le fond la majorité d’entre nous voulait assister à cette curiosité digne de fête foraine, un atelier sciage de tronc était d’ailleurs prévu ensuite) ; sur la question du dentifrice avant ou après avoir mouillé la brosse à dent ; sur la tentative de création d’un comité chti’mi (#Fricadelle #baraq’àfrite) cherchant à développer son empreinte territoriale ; un nouveau clash se prépare !

Les 1A toujours avides d’asso parce que c’est mieux de profiter de la vie en faisant des afterworks, soirées cocooning tout ça pour se mettre une RACE (ah non ce mot est interdit depuis qu’un orateur a fait une sortie digne d’un détail de l’histoire) de smoothies concombre-gingembre-papaye… Si vous ne le saviez pas voici le match du siècle : Sciences Pattes vs Sciences Panpan !

Vous ne cautionnez peut-être pas le second jeu de mots, nous non plus ; surtout qu’on en avait des biens mieux, mais apparemment la dénomination du CRIT a démontré que le temps n’est pas à la blague beauf mais à une volonté simplificatrice #reformesdesrégions2015.

Que sont donc ces asso ? Laissons tout d’abord papat’ (rien à voir avec sciences Pattes, attention à ne pas se méprendre) nous expliquer sa vision du véganisme : « Bonjour à tous mention spéciale aux arméniens et aux végan. Les arméniens j’leur pardonne mais pas les végans » (Aznavour reviens nous !) ou encore « Plus on est végan, plus on bouffe de graines, plus on a de chance d’avoir un mac ». Après ces belles paroles philosophiques il convient de préciser que Sciences pattes n’est pas (que) végan, mais aussi ouvert aux végé, antispécistes et chasseurs de bouchers en tout genre.

Chasseurs toujours, Sciences Panpan a décidé de mettre en avant un traumatisme commun aux générations d’enfants ayant pleuré devant Bambi (rien que d’y penser je chiale) qui en consolation d’avoir vu sa pauvre mère abattue se retrouve en compagnie d’un lapin chargé à on ne sait trop quoi mais on raconte qu’il se déplace plus vite que le tram B – ce qui n’est pas difficile vous en conviendrez- et qui a pour nom Panpan, bravo les scénaristes pour la finesse du choix.

A l’IEP on ne sait pas trop ce que cette coexistence donnera, sachant que les 2 investigateurs sont dans la même conf’ d’après nos informations… Alors à quand la chasse à courre aux végans sur proposition de sieur papat (encore lui, plus grande source de memes et verbatims de l’IEP) : « Comme les hilotes à sparte, je propose qu’on chasse une fois par mois les bobos » ? Ou alors la détention des chasseurs dans des chenils de la SPA ?

La rédaction ne cautionnant aucune de ses actions, nous convions nos chers lecteurs à aller suivre sur les réseaux leurs évènements futurs, dont on nous dit qu’il se prépare un débat où s’affronteraient les deux partis sur cette épineuse question qu’est la cause animale ?

Pour ce qui est de la consommation de viande force est de constater que personnellement nous en mangeons beaucoup moins (bon plus du tout) aujourd’hui du fait de notre contrainte budgétaire tourné vers l’attrait du houblon

Noé Leproust

Ci-contre le premier chasseur végan au monde, un belge une fois (NordPresse toujours là pour l’info de première main). Une initiative pertinente et cohérente alliant le plaisir de la chasse et des traditions tout en préservant le gibiers (hormis quelques doryphores)

Related posts:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*