Maîtresse, tu nous emmène à l’Apple Store ?

Vous n’êtes peut être pas encore au courant, mais il est désormais possible de s’inscrire aux divers ateliers proposés par l’Apple store, rue Sainte Catherine. De sa propre initiative, en sortie scolaire ou bien en séminaire professionnel, chacun est invité à se familiariser avec les potentialités infinies offertes par la firme à la pomme croquée, qui prend des airs humanistes.

 

J’ai pour ma part assisté à l’atelier lecture. Avec deux jeunes enfants de cinq et dix ans, nous avons parcouru Le petit prince sur un ipad. Les filles ont lu, et ont pu entendre en même temps des chiens aboyer, des illustrations se transformer au contact de leur Pencil. Au milieu, la lecture s’est de nouveau arrêtée pour que nous dessinions un mouton, envoyé dans la minute aux parents via airdrop. Fascinant, n’est-ce pas ? Au total, nous avions lu en une heure une grosse dizaine de pages de Saint Exupéry. Mais bon, les filles ont passé un bon moment, alors les grognements rétrogrades, ca s’efface vite face à deux grands sourires.

L’aventure ne s’arrête pas là. D’intriguée à sceptique, puis attendrie, c’est finalement un peu déroutée que je quittai la boutique. En cause : les confessions glissées par la responsable de l’atelier, visiblement gênée de mes questions. Simplement curieuse de savoir ce qui motivait Apple à organiser des sorties de classe pour l’apprentissage multisensoriel, je me suis assez vite sentie dans un mauvais film policier. L’employée, chuchotant à va-vite que “La communication est très bridée”, évoquant la “conférence du grand patron le mois dernier”, a avoué “ne rien avoir le droit de dire”. J’ai seulement entendu une timide diatribe sur le retard de l’Europe dans la maîtrise des technologies. Les écoles françaises n’étant pas encore équipées d’appareils Apple, contrairement à la plupart des écoles américaines, Apple organiserait donc ces ateliers pour combler le décalage. Elle a ensuite rougi, et dans un murmure à peine perceptible, m’a conseillé de demander à sa responsable, si je pouvais obtenir un entretien.

 

Apple, le professeur des écoles futures ?

Un peu énervée, j’ai donc battu en retraite et je suis sortie de la boutique. Mais je n’ai pas pour autant cessé de m’interroger sur les objectifs d’Apple. Il serait réducteur d’envisager seulement des motivations économiques. Par contre, à l’ère de la responsabilité sociétale des entreprises, ne pourrions nous pas attribuer à Apple de sérieuses visées éducationnelles ? En fouinant sur la page d’accueil d’Apple, j’ai été surprise d’y trouver tout en bas une section entière nommée “Apple et l’éducation”. Avec une entrée en matière aussi explicite que:

Quand les produits Apple entrent en classe, la curiosité de transforme en découverte, l’intérêt en émerveillement… Pour vous aider à enseigner n’importe quelle discipline, de la lecture à la programmation, d’une façon qui parle vraiment aux enfants, nous vous proposons des ressources spécifiques, des idées trouvées par vos pairs et une assistance personnalisée”.

Puis: “pour préparer les élèves à un avenir où la technologie sera de plus en plus importante, les former à la programmation est essentiel

Si a une époque une éventuelle coopération avec le ministère de l’éducation nationale relevait de la Science fiction, il semble que la question puise se poser un jour ou l’autre. C’est une affaire à suivre…

 

(Pour les petits curieux, il existe aussi une section santé, pour promouvoir l’équipement des hôpitaux de produits Apple). (Et pour les écolos, jetez un coup d’oeil à la section Environnement”, c’est assez surprenant).

 

Constance Daussy

Related posts:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*