London Calling

Cet article s’adresse à toi, jeune 1A en quête de ta future destination erasmus. Quel que soit ton profil, la capitale britannique saura te séduire.

Toi le jeune hipster bordelais qui ne jure que par l’iboat et Darwin, tu aimeras te balader à Shoreditch , où tu pourras déguster un veggie burger dans une ancienne station essence ou acheter une casquette dans un container transformé en concept store. Tu te perdras dans les allées de Camden Market, où se côtoient magasins où les vendeurs dansent sur de la techno, bar à céréales, et friperies déjantées. Tu partiras à la chasse aux Banksy (parfait pour alimenter ton fil instagram), et tu pourras aller faire réparer ton vélo dans un coffee shop local.

Toi le futur étudiant en master culture, tu sauras apprécier la gratuité des musées et leur diversité ; entre temples grecs au British Musem, costumes de scène de Mick Jagger au Victoria and Albert, squelette de dinosaure au Natural History Museum, ou tableau deWahrol à la tate Modern, tu ne sauras où donner de la tête. Le Time Out deviendra ta Bible, recensant tous les événements culturels de la ville et disponible gratuitement ; il ne te restera plus qu’à arpenter les rues à la recherche de la dernière expo Jeff Koons, du festival du café ou encore de l’avant première internationale de la semaine ! (prépare ton livret à autographes et ta perche à selfie). Tu auras aussi l’occasion de te prendre pour Harry Potter/Hugh Grant/Sherlock (raye la mention inutile) en te promenant sur les lieux de tournage de ton film et de ta série préféré (à noter que Londres est sûrement la seule ville où tu verras un Dalek passer sous ta fenêtre).

Toi le gastronome, tu passeras outre les préjugés sur le pudding et la jelly pour te gargariser de nourriture du monde entier dans les marchés de rue, tu dévoreras un sunday roast traditionnel accompagné d’une pinte dans un pub so British, tu saliveras devant des scones dorés et autres carrot cakes homemade servis avec la fameuse tasse de thé, et pour tes petits creux nocturnes, tu n’auras qu’à faire un tour sur Brick Lane pour déguster à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit un Bagel à £2,50 chez Beigel Bake, le plus vieux magasin de bagels de Londres.

Toi le jeune écologiste amateur de nature, tu feras du vélo dans l’un des nombreux parcs de la ville, tu navigueras en barque sur le lac Serpentine à Hyde Park, tu iras nourrir les poules et les vaches à la ferme d’Hackney, et finiras par un brunch bio au restaurant alternatif qui cuisine les produits du jardin.

Toi le jeune loup de la politique, tu feras un selfie devant le n°10 Downing Street, tu iras visiter les Wars Rooms où le gouvernement de Churchill trouvait refuge pendant la guerre, et tu écriras à ton député local pour aller assister à une cession au parlement.

Toi le fan de la famille royale, tu iras admirer les carrosses de la reine dans les jardins de Buckingham, tu camperas sur le mall pour espérer apercevoir le convoi de sa majesté passer à l’occasion de l’ouverture du Parlement, tu t’émerveilleras devant la luxure des bijoux de la couronne à la Tour de Londres, et tu iras agiter ton union jack et chanter « god save the queen » à l’occasion de l’anniversaire de la reine (si elle est toujours là en juin 2017…).

Toi le jeune citoyen du monde, tu pourras passer d’une célébration du Nouvel An Chinois à celle de la Saint Patrick, sans oublier le carnaval Jamaïcain, et tu feras le tour du monde en passant d’un quartier à l’autre.

Bien sûr, je ne parle pas des fashionistas qui ne sauront où donner de la tête dans la capitale européenne du shopping, ni des nightclubbers qui n’auront que l’embarras du choix  entre fêtes matinales et rooftops aux quatre coins de la ville .

Enfin si tu t’ennuies (la probabilité étant de 0,00001%) ou ressens le besoin de t’évader de la frénésie ambiante, tu prendras un bus pour Cambridge, Oxford, Brighton ou encore Bristol, et tu pourras découvrir le pays à petit prix.

Il ne te reste plus qu’à sauter dans le premier Eurostar pour rejoindre la capitale britannique, et comme l’a dit le poète Samuel Johnson ; « when you’re tired of London, you’re tired of life ».

 

Léa Trentalaud

Related posts:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*