L’impératrice de Chine: rencontre entre Orient et Occident

L’impératrice de Chine – Pearl Buck

L’Impératrice de Chine est un roman écrit par Pearl Buck en 1956. Le roman relate l’histoire de Yehonala, concubine de l’Empereur de Chine, qui parvient à se faire proclamer impératrice de Chine à la fin du XIXème siècle. C’est une véritable plongée au cœur de la cité interdite à travers le personnage très fort qu’incarne l’impératrice.

Pearl Buck

L’auteure : entre orient et occident au XXème siècle

Pearl Buck est une écrivaine américaine née en Chine en 1892. Elle apporte un regard unique, pour l’époque et encore aujourd’hui, sur la vie chinoise pour la littérature occidentale. Elle mêle parfaitement culture occidentale et orientale. Ses parents étant missionnaires en Chine, elle a appris le chinois avant l’anglais. Elle publie son premier roman Vent d’Est, Vent d’Ouest en 1930. Celui-ci est suivi d’autres romans décrivant la vie chinoise des paysans et des empereurs dans un pays encore marqué par les dynasties qui s’y sont succédées. On peut ainsi noter sa remarque trilogie de La Terre Chinoise. Elle est ainsi l’une des premières femmes à recevoir le Prix Nobel de la littérature en 1938.

La première de couverture de l’ouvrage

L’œuvre : politique, amour … voyage dans la Cité interdite

Dans son roman L’Impératrice de Chine, l’auteure met en scène, Yehonala, qui est choisie pour être concubine de l’Empereur Hsien Feng. Très vite, cette femme devient la concubine favorite de l’Empereur grâce à son intelligence. Fine stratège, elle lui donne un héritier au trône en ayant un fils avec lui. C’est ainsi qu’elle parvient à se hisser au pouvoir à la mort de l’Empereur puisque leur fils est encore trop jeune pour gouverner.

Elle devient l’impératrice Tzu-Hsi (Cixi) et administre le pays pendant des décennies. C’est une femme puissante et rusée au pouvoir. Son personnage fascine le lecteur : « Elle se vit telle qu’elle était : féminine dans ses désirs et ses aspirations secrètes, mais virile dans sa soif de puissance ». L’impératrice met tout à l’œuvre pour lutter contre les troubles politiques. Elle fait face aussi bien aux problèmes internes qu’à l’invasion des Occidentaux.

Ce roman nous fait donc voyager à l’intérieur de la cité interdite et retranscrit parfaitement le faste et la beauté du règne de l’impératrice. Si vous voulez lire un roman mêlant une figure politique féminine, la Chine, sa culture et son histoire, foncez !

Anaelle Brillard

Related posts:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*