Les Jeudis Politiques | Le Cercle Mauriac : « Face aux critiques, on essaie de se battre pour faire vivre le débat d’idées à Sciences Po »

Les deux présidents et le vice-président

11947411_1614017742198986_6904043313330078227_n

Alors que le Cercle Mauriac entame sa troisième année au sein de Sciences Po, Vin Rouge Encre Noire a rencontré les membres du nouveau bureau pour nous en dire plus sur l’année à venir.

 

Depuis désormais deux ans, le Cercle Mauriac réunit des étudiants de droite de Sciences Po. Si le bureau fondateur a laissé sa place à de nouvelles têtes depuis septembre, l’esprit de cette organisation, lui, reste le même. « C’est une association apartisane totalement libre et indépendante, affiliée à aucun parti… une sorte de Terra Nova de droite finalement », présente Marc, son co-président.

« Notre but est de rassembler toutes les sensibilités de droite et du centre à Sciences Po » complète le vice-président, Suleiman. Les deux insistent sur leur volonté commune de « promouvoir le débat quand on n’est pas d’accord en laissant s’exprimer différentes sensibilités ». Souverainistes, légitimistes, chevènementistes, libéraux, gaullistes, juppéistes ou même bonapartistes, tout le monde est le bienvenu promettent-ils, et « il peut même y avoir des gens qui viennent de la gauche conservatrice ».

 

« L’année dernière, certaines personnes nous ont injustement décriés par fermeture d’esprit »

Pour les deux semestres à venir, les membres du bureau se fixent l’objectif d’une conférence par mois. Tout au long de l’année ils proposeront de nombreux événements tels que des cafés débats, des sorties, ou encore l’écriture d’articles.

Conscients d’être « assez minoritaires » au sein de l’établissement, ils espèrent pouvoir faire du Cercle Mauriac, un « pivot des associations de droite de Sciences Po » et changer l’image de ce think tank. « L’année dernière, certaines personnes nous ont injustement décriés par fermeture d’esprit » regrette Suleiman. Une analyse partagée par Marc qui conclut « Qui ne peut pas attaquer le raisonnement attaque le raisonneur ». Ils ne comptent cependant pas changer leur façon de faire et ils continueront de recevoir tous les invités qu’ils souhaitent, aussi polémiques soient-ils. Le Cercle Mauriac n’en a donc pas fini de susciter le débat au sein de Sciences Po.

 

Paul Gratian

Related posts:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*