Tribunes de la presse : La presse papier a-t-elle un avenir ?

On le sait, la presse voit ses ventes diminuer d’années en années. Les journaux se vendent de moins en moins bien et certains sont même obligés de fermer (Le journal « La Marseillaise » a déposé le bilan la semaine dernière). A l’heure de Snapchat Discover, des abonnements sur smartphones, la presse papier a-t-elle encore un avenir ? C’est la question à laquelle Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération a tenté de répondre lors des Tribunes de la presse.

Libération a connu de grandes difficultés ces dernières années et Laurent Joffrin ne s’en cache pas. « On a survécu, on se bat » admet-t-il. Passé de 120 000 journaux vendus en 2012 à moins de 80 000 aujourd’hui, le quotidien est en grande difficulté. Laurent Joffrin évoque une pudique « réduction de la masse salariale » pour parler de la suppression de près d’un quart des postes en 2014.

Mais malgré cette baisse considérable des ventes, le format papier rapporte 80% du chiffre d’affaires de l’entreprise. Il est donc impossible de faire disparaître la presse papier au profit du web sans mettre toute l’entreprise en faillite. Pour lui, web et papier sont complémentaires. D’ailleurs, les grands sites d’information sur Internet sont presque tous liés à des journaux papiers (le plus consulté au monde est celui du Guardian explique-t-il).

            « La difficulté du web est que l’audience est élevée mais les recettes sont très faibles ».

La solution pour pallier la baisse des ventes n’est donc pas Internet, en tout cas pas dans l’état actuel des choses. Sauver la presse passerait par la découverte d’un modèle économique viable pour le web. Dans les années 2000, la plupart des journaux ont adopté la gratuité sur le web en se finançant par la publicité. Or le modèle payant avec seulement des abonnements peut fonctionner montre-t-il, en citant l’exemple de Médiapart. « L’information gratuite est une impasse » selon lui et la solution ne pourrait venir que des abonnements payants (avec ou sans publicité).

La présence sur Internet est néanmoins indispensable pour avoir plus de lecteurs, pour faire découvrir son journal et pour être plus dans l’instantanéité. L’Équipe, Le Monde ou encore Paris Match ont bien compris cela en étant depuis peu disponibles sur Snapchat Discover. Interrogé sur une éventuelle présence de Libération sur le réseau social, Laurent Joffrin avoue ne pas savoir ce que c’est.

Malgré toutes ces difficultés, la presse reste indispensable. Même si son rôle a évolué (elle ne délivre plus l’information mais elle permet de la comprendre selon lui), la presse joue un rôle important dans le débat public. Il explique que son quotidien Libération a pour but de « favoriser l’émancipation de l’individu » en racontant le monde tel qu’il est. De plus, la situation n’est pas si noire que ça et il existe des exemples de presse papier qui fonctionnent (il cite : Le 1, Society, So Foot, la Revue XXI…). Tout est une question de savoir trouver son public.

Paul Gratian

Related posts:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*