Heur’Asie présente « Chinoises » de l’auteure Xinran

« J’ai été surprise de découvrir à quel point les histoires de ces femmes se ressemblaient tout en étant différentes ». Avec cette phrase, Xinran rend compte de la complexité d’analyse de son sujet : les femmes chinoises.

Ce livre est en effet né de la volonté de l’écrivaine chinoise, journaliste de profession, de permettre à des Chinoises de révéler une partie de leur expérience personnelle, souvent cachée et perçue comme honteuse, par le biais de son émission de radio Mots sur la Brise Nocturne.

Après aCapture d’écran 2017-12-08 à 10.37.57voir recueilli une multitude de témoignages oraux et écrits, entre les années 1989 et 1997, Xinran s’est décidée à éditer cet ouvrage en 2003, suivant les paroles d’un ami qui lui avait conseillé d’écrire, « avant que le trop-plein de ces histoires ne lui brise le cœur ».

Avec son livre, Xinran a ainsi permis à des femmes de se livrer sans crainte ni pudeur, après des années de censure et le poids d’une tradition omniprésente, qui place la femme dans une position de soumission, à l’autorité du père, puis à celle du mari.

Quelles soient femmes de hauts fonctionnaires, paysannes, ouvrières, ces Chinoises semblent partager un grand nombre de points communs, comme la mélancolie qui imprègne leurs témoignages, parfois assez fatalistes mais toujours emprunts de banalité et d’une tranquillité déconcertante. Ce livre n’est pas pour illustrer les écarts de richesse en Chine ou le fossé entre travailleurs des villes et des campagnes, il cherche au contraire à montrer ce qui peut rassembler toutes ces femmes, de par leur position de mères, filles, épouses ou encore amantes.

Il est difficile de trouver les mots justes pour parler de ce livre. La force de Chinoises réside dans sa capacité à générer une multitude d’émotions chez son lecteur, de l’indignation à la peine. Sa lecture nous fait nous interroger sur la valeur de la vie de ces femmes aux yeux de la société mais également sur leur définition du bonheur qui peut surprendre et donne à réfléchir.

 

Heur’Asie

Related posts:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*