Éviter le blues du dimanche soir: chef d’oeuvre du 7ème art

 

Ça y est, le week-end touche à sa fin. Il pleut et ce soir sur TF1 y’a Danny Boon et Kad Merad.

Assis sur ton canapé suédois « Bjriollgh », tu viens de passer deux heures à stalker les story Instagram de tes copains. Mauvaise idée. « Moi et mes srabs à la dune du Pilat », «  dîner aux chandelles avec Minou », « énorme soirée de déglinguo que même on fait des paquitos en pleine rue ». Toi t’as gardé le même jogging pendant deux jours et t’as autant de style que Sylvain Duriff rhabillé avec les fins de soldes H&M. Peu instagramable.

Attablé devant ta paella Picard, tu essais d’oublier que ton repère géographique sur le Tadjikistan est aussi peu travaillé que le dernier album d’Amir (ouais on dénonce ouais).

Il te faut un break. PAS DE SOUCI. Tamise la lumière, éteins ton téléphone et laisse-toi guider.

On t’a concocté un top 5 des films du dimanche soir rien que pour toi galopin. Tu ne les aurais jamais regardés en temps normal, mais bon là c’est dimanche.

 

  • « Bait 3D » : amateur de la pellicule ? Féru de la caméra ? Aficionado du travelling avant ? Tu as ta chaire aux Petits-Courts ? Passe ton chemin. Le synopsis de cette beauté du 7ème art : après un tsunami, des requins tueurs font des ravages dans un supermarché. Un grand big up à la personne à qui on a présenté le scénario au cours d’une réu très sérieuse et qui a dit « Des requins tueurs dans un Lidl pendant 1h34 ? C’est oui pour moi. Banco ! »

Où que tu sois, arrête.

 

  • « Anaconda : le prédateur » : Promis après on arrête avec les animaux qui mangent des gens mais là c’est une pépite. De toutes les excellentes raisons de visionner ce chef d’œuvre, en voici trois.

 

  • Première bonne raison : Un casting de choix : rien de moins qu’Ice Cube (un poids lourd du rap game des années 90 qui a notamment fait un featuring avec Snoop Dog, bon après comment il s’est retrouvé dans ce rôle on sait pas trop), et surtout J-Lo. Oui, oui Jennifer Lopez dans le rôle de Terri Flores, une pugnace jeune femme réalisant un documentaire sur l’Amazonie… Franchement on t’aime Jenni mais là t’abuses. « Yo quiero yo quiero dinero » bah ouais tu m’étonnes.
  • Deuxième bonne raison : … Non en fait y’en avait qu’une. Mais allez-y, ça vaut le coup.

 

  • « Eh mec elle est où ma caisse ? », intitulé français savamment adapté du titre original « Dude, where’s my car ? ». Alors essayez de suivre parce que ça va pas être évident. Vous êtes prêt ? Un mec bourré (Ashton Kutcher), qui ne retrouve plus sa voiture. On vous avait prévenu. Enjoy.

 

  • « Boomerang » Mmmmh ça sent bon le film français. Allez un petit extrait du synopsis, c’est cadeau : « Agathe sur l’île de Noirmoutier, berceau de leur enfance et Antoine, ne soupçonnaient pas combien le passé, tel un boomerang, se rappellerait à leur souvenir. » Non parce que en fait le film, s’appelle boomerang, vous l’avez ou pas ? Oui vous avez le droit de réutiliser la métaphore en culture gé on ne criera pas au plagiat, no worries.

 

  • Pour les petits cœurs tendres qui en ont marre des films indépendants hongrois sur la permaculture dont votre prof de (insérez la matière, la permaculture c’est transversal) vous rabat les oreilles … « Un mariage trop parfait », une comédie romantique injustement condamnée par la critique : « d’une mièvrerie écoeurante » pour le magazine « Première ». Eh ohhh ça va oui, marre de cet ostracisme intellectuel. Y’a quand même Matthew McConaughey qui joue dedans, ok il a l’air d’un prof de techno un peu pervos mais mollo ok. Et le premier rôle féminin est quand même tenu par.. naaaan Jennifer Lopez encore. Fixette ? Non. Mais au moins la prochaine fois que vous vous enjaillerez sur « Get right » après deux malibu coco, vous saurez qu’elle a quand même bien roulé sa bosse la Jenni.

Related posts:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*