Bucarest, la belle inconnue

Vue globale de Bucarest sous la neige en janvier, depuis le parc Carol Ier. Vue sur le Palais du Parlement

Le choix des destinations de mobilité se rapproche et dans la tête de certains les dilemmes peuvent être nombreux. Pour vous guider, nous vous présentons aujourd’hui les avantages d’une mobilité à Bucarest. Trois étudiants se confient sur leur Erasmus dans la capitale roumaine.

Lorsqu’on choisit sa destination Erasmus, il y a les destinations qui font rêver tout de suite, et les autres. Bucarest est clairement dans cette deuxième catégorie. Lorsque Alexandre, Marion T et Marion O ont décidé de partir en Roumanie l’année dernière, de nombreuses personnes leur ont demandé « pourquoi ? ». Certains pensaient même que ce choix était « une punition de Science Po en raison de notes insuffisantes ». Ce discrédit de la Roumanie s’est même ressenti en Roumanie où certains Roumains ne comprenaient pas pourquoi des étudiants Erasmus voulaient aller dans ce pays. La Roumanie est pourtant un pays très intéressant, parfois déconcertant et il contient des paysages magnifiques.

C’est justement parce que cette partie de l’Europe était méconnue que le trio a eu envie d’y aller. Avant d’aller en Roumanie, « je ne connaissais vraiment rien » avoue Alexandre. Cette expérience a été une vraie surprise. A l’arrivée à Bucarest, la découverte a été totale. Marion O avoue avoir eu peur pour son Erasmus le premier jour. C’est vrai qu’à première vue, la ville de Bucarest peut paraître surprenante : de beaux boulevards à côté de très vieux immeubles, des centres commerciaux énormes à côté de rues remplies de publicités, des bâtiments communistes… Bucarest est une ville pleine de contrastes et cela peut faire bizarre au début.

Kébabs, bière et voyage

La vie en Roumanie peut parfois être déconcertante. On est en Europe certes mais la culture est très différente. Le pays reste « ultra-conservateur ». Au début, cette différence culturelle peut être assez choquante et perturbante. La vision de la femme ou de l’homosexualité peut sembler assez rétrograde par exemple. Mais « la Roumanie est en train de s’ouvrir » explique Marion O et les femmes roumaines sont à mi-chemin entre modernité et tradition. Les trois ont appris le roumain pour pouvoir échanger avec les locaux et les possibilités de rencontre ont été nombreuses.

La vie à Bucarest est très intéressante, il y a beaucoup d’événements, la vie culturelle est riche. Que tu aimes la musique classique, la musique de rue ou les jam sessions tu trouveras ce que tu veux à Bucarest. Unanimement, les espaces verts de Bucarest sont l’un des points forts de la ville. La vie est très peu chère en Roumanie : on peut trouver à se loger pour pas trop cher, la bière n’est qu’à 40 centimes (!!!) … La gastronomie, un mélange entre la cuisine grecque, turque, et russe, est remarquable. Les kebabs sont délicieux (une de leur amie venue d’Istanbul a même avoué que les kebabs étaient meilleurs en Roumanie !). Il y a aussi de nombreuses possibilités de voyage en Roumanie ou dans le reste de l’Europe.

roumanie-1

roumanie-2
Piata Obor, le marché le plus grand de la ville, et surtout où tu peux passer trois heures à regarder autour de toi ce qui s’y passe

Le reste de la Roumanie est très différent de la capitale. « Il y a Bucarest puis il y a la Roumanie » explique Alexandre. Par exemple, il y a un million de voitures dans Bucarest donc tout le monde ou presque a une voiture. Mais quand on sort de la capitale, on trouve de nombreuses personnes qui n’ont pas de voiture mais qui utilisent des charrettes à chevaux. Marion T a même vu des personnes pousser eux même leur charrette parce qu’ils n’avaient pas de cheval. Au niveau des paysages, la province roumaine est absolument magnifique. Marion T confie en être « tombée amoureuse ». Au niveau touristique, la Roumanie reste peu développée, la province est donc très naturelle. Delta du Danube, Transylvanie, de nombreux endroits classés à l’UNESCO, les possibilités de voyages sont nombreuses. Un seul regret : on ne peut pas tout faire en un an !

La côte de la mer Noire, Constanta
La côte de la mer Noire, Constanta
Tîrgoviste, à 80km de Bucarest, le village du père de Vlad Tepes (à l’origine de Dracula) et la tour qui domine la ville (visitable, attention au vertige !)
Tîrgoviste, à 80km de Bucarest, le village du père de Vlad Tepes (à l’origine de Dracula) et la tour qui domine la ville (visitable, attention au vertige !)

Bref, la Roumanie est un pays très dénigré et qui ne fait pas forcément rêver à première vue mais c’est une destination dont nos trois étudiants sont revenus plus que satisfaits (ils avouent être tombés amoureux de la Roumanie) et n’ont qu’une envie : y retourner ! Si tu es en 1A et que tu hésites à aller en Roumanie ou même que cette idée ne t’était même pas venue à l’esprit, n’hésites pas !

Paul Gratian

Related posts:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*